TÉLÉPILOTE DE DRONE

Exemples

Voici quelques exemples de photos dans le cadre de reportages pour des agences immobilières, particuliers et BTP :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La génèse

En tant que professionnel de la photographie et amoureux de l’image en général, j’ai toujours été attiré par les images aérien

nes. Notre Terre, vue du ciel (pour ne pas citer notre cher Yann Arthus Bertrand!), a une saveur particulière. On y voit le monde différemment, on y découvre des angles de vue inédits, bref un régal visuel. Devenir télépilote de drone professionnel à Lyon était devenu une évidence.

Télépilote de drone à Lyon
Megève

L’utilisation de drones “grands publics” existe depuis plusieurs années maintenant. Les règles de sécurité inhérentes à cette pratique se sont imposées petit à petit suite à de nombreux incidents voire accidents.

En effet, un drone reste un objet dangereux pour celui qui n’y connait pas grand chose : Imaginez un objet volant avec 4 hélices

, pesant presque 1 kg et fonçant droit sur une personne à plus de 70 km/h….Les dégâts sont garantis.

MAVIC 2 PRO

 

Autre scénario, imaginez un drone qui vole près d’un aéroport ou aéro-club et qui se retrouve soit dans le moteur d’un petit coucou soit qui paralyse tout le trafic aérien d’une plateforme aéroportuaire…L’issue peut devenir tragique et coûter très cher au télépilote. Voici un exemple des conséquences possibles lors d’un survol d’aéroport : Gatwick.

 

La formation professionnelle 

C’est pourquoi la réglementation a évolué sous la responsabilité de la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) afin de protéger d’une part les télépilotes et d’autre part les zones peuplées. Des règles sont mises en place dans le but de sécuriser et de professionnaliser cette activité.

Pour devenir télépilote de drone, il faut donc suivre une formation professionnelle. Celle-ci se passe dans un centre agréé et se divise en deux parties : la première, théorique qui vous prépare à l’obtention du  ”Certificat d’aptitude théorique de télépilote” délivré par la DGAC et la seconde, pratique qui vous forme au pilotage de drones de loisirs à usage professionnel, dans le cadre des scenarii S1, S2 et S3.

Cet examen théorique, bien qu’orienté “drone”, reste très axé sur les fondamentaux du premier degré de pilotage : l’ULM. Il se compose de plusieurs parties :

  • Connaissances générales de l’aéronautique appliquées au drone (principes de vol, règles de l’air, météorologie, performances humaines…)
  • Mécanique du drone et composants (instrumentation, navigation, radionavigation, communication…)
  • Préparation, suivi et sécurisation de la mission (cartographie, services de l’information aéronautique…)

 

Concernant la formation pratique, elle se divise en plusieurs points:

  • Découverte du matériel et mise en route
  • Exercices et découvertes des commandes de vol
  • Exercices avancés et mises en situation
  • test avec mise en situation en zone peuplée avec scénario imposé

Ma formation

C’est donc dans une optique de professionnalisation que j’ai décidé de m’inscrire dans un centre de formation à Lyon. J’étais déjà en possession d’un drone loisir que j’utilisais dans des zones non peuplées mais l’envie de pouvoir faire des images dans des zones “à risque” était trop forte ! 

En tant que photographe immobilier à Lyon, pouvoir proposer ce type de service est un plus. Certaines agences désirent avoir des images aériennes pour des biens “haut de gamme”, cette mise en valeur est très appréciée. 

J’ai effectué ma formation en 2020 chez DmDrone Métropole à Caluire pendant deux semaines.

J’en profite pour vous dire quelques mots sur ce centre : C’est une super école, à taille humaine, à un tarif compétitif (au passage éligible CPF) avec d’excellents résultats (nous étions 4 à suivre cette formation et nous avons eu un taux de réussite de 100%!). L’encadrement est très à l’écoute, disponible, se sont des professionnels du métier donc ils savent de quoi ils parlent (surtout sur les mises en situation). Merci à David Fanfare (le patron) et à Steve le formateur !

Quelles plus-values?

J’ai obtenu la certification de télépilote professionnel par la DGAC. Concrètement je suis habilité à pouvoir utiliser mon drone dans n’importe quelle zone géographique, tout en respectant certaines règles obligatoires

:

  • Demande d’autorisation systématique en préfecture (délai de 5 jours ouvrés)
  • Le cas échéant, demande supplémentaire aux SNA (services de la Navigation Aérienne) si la zone se situe à proximité d’un Aéroport 
  • Déblocage des zones de vol sur l’application DJI
  • Mise en place des procédures de sécurité : Gilet jaune, zones d’exclusion des tiers, définir la zone d’envol via utilisation de plots